Cette croisière si importante dans la vie du Centre

de Pen Bron mobilise bien des acteurs - organisateurs et clubs nautiques, bénévoles, entreprises et soutien de tant de bonnes volontés - et souhaitons que l'année 2010 réserve à cette grande manifestation solidaire mais avant tout humaine et généreuse, le temps qu'elle mérite, un beau soleil....

Ils viennent de Paris, Bagnères-de-Bigorre ou Berck. Ils sont traumatisés crâniens, paraplégiques, accompagnants ou amputés d'un membre. Et ils s'apprêtent à lever l'ancre pour une croisière, tout simplement.

Une cinquantaine d'entre eux sont hospitalisés à Pen Bron, et ont leur place à coup sûr. Pour les autres, c'est plus dur, car il ne reste que 160 places en tout et pour tout.

"Depuis dix ans, on limite le nombre de bateaux accompagnateurs à 150, explique François Moutet, responsable médical du centre Pen Bron et organisateur de cette croisière. C'est déjà énorme. Au-delà, ce n'est plus gérable. Il y a le matériel à acheminer, l'hébergement à Arzal et l'écluse à franchir, qui n'est pas extensible."

La sécurité est renforcée chaque année et les Affaires maritimes ont donné leur aval. Il y aura onze bateaux accompagnateurs, une vedette de gendarmerie, la SNSM du Croisic et de La Turballe, sept canots pneumatiques, la vedette des CRS. Rien n'est laissé au hasard pour cette 27ème édition parfaitement préparée.

"Ce qui m'importe le plus c'est de pérenniser cette manifestation unique en France. Le centre de Pen Bron affiche une ambiance festive à deux jours du départ. Et tout le monde s'active autour du docteur, organisateur de toutes les éditions. La volonté de lien social est demandée par tous les participants, valides ou non. Durant deux jours on vit ensemble un moment fort et on fait tomber les barrières du handicap."

Cette année, le navire amiral de la flotte de 150 bateaux est un vieux gréement de 28 mètres, le Notre-Dame-des-Flots. Il naviguera bord à bord avec le Corsaire de Ré et Jeune Ariane ainsi qu'une flottille de voiliers et vedettes dont la plupart des équipages sont des habitués.

"Nous avons un budget de 125 000 euros. La moitié de cette somme provient d'aides solidaires en Presqu'île. Je suis époustouflé par la fidélité des collectivités, des entreprises et des particuliers." Au total, ils seront un millier sur l'eau et 1 200 à participer à la soirée sous chapiteau, à Arzal.

"Croyez-moi, je n'ai pas l'impression de faire ma B.A, confie le docteur. Je peux vous dire que la croisière s'amuse réellement. Le sujet est trop grave pour ne pas en rire."

 

             Informations légales